BibleTools

Library
Articles | Bible Q&A |  Bible Studies | Booklets | Sermons




sermon: Observer Le Sabbat (Partie 1)


John W. Ritenbaugh
Given 10-Jul-99

Description: Sorry...the description is not available yet. Please check back again soon.




Dans l'histoire à la fois de la nations d'Israël et de l'Israël de Dieu (l'Eglise), comme il est consigné dans la Bible, il n'a jamais été question de s'interroger sur le jour qu'on devait mettre à part pour adorer Dieu. Cela a toujours été le sabbat. Même l'Eglise Catholique a pleinement agrée cette position. Nous sommes tous d'accord sur ce sujet, aussi ne vais-je pas passer beaucoup de temps à prouver que c'est lui que nous devons observer. La plupart du temps Israël l'observait d'une manière pour le moins peu sincère vis-à-vis de Dieu en marquant sur leurs calendriers un signe spéciale déterminant le sabbat du septième Jour.

Dieu exige plus qu'un service peu sincère pour que l'on soit à la hauteur de Son standard, à cause de ce que le sabbat signifie vis-à-vis de notre relation avec Lui, étant donné que nous serons à Son image dans le Royaume de Dieu. Dans le but de mieux discerner tout cela, le sabbat a été placé, j'ai l'impression, dans un contexte précis qui ne le sépare pas du reste du plan de Dieu et de Son but, alors que de nombreuses organisations Protestantes clament que le sabbat revêt essentiellement une forme cérémoniale.

Nous allons commencer cette série dans le livre d'Esaïe.

ESAIE 1 : 10 à 14

Ecoutez la parole de l'Eternel, chefs de Sodome ! Prête l'oreille à la loi de notre Dieu, peuple de Gomorrhe ! Qu'ai-je affaire de la multitude de vos sacrifices ? dit l'Eternel, Je suis rassasié des holocaustes de béliers et de la graisse de veaux ; Je ne prends point plaisir au sang des taureaux, des brebis et des boucs. Quand vous venez vous présenter devant moi, Qui vous demande de souiller mes parvis ? Cessez d'apporter de vaines offrandes : J'ai en horreur l'encens, Les nouvelles lunes, les sabbats et les assemblées, Je ne puis voir le crime s'associer aux solennités. Mon âme hait vos nouvelles lunes et vos fêtes, Elles me sont à charge ; Je suis las de les supporter.

AMOS 5 : 21 à 22

Je hais, je méprise vos fêtes, Je ne puis sentir vos assemblées. Quand vous me présentez des holocaustes et des offrandes, Je n'y prends aucun plaisir ; Et les veaux engraissés que vous sacrifiez en actions de grâces, Je ne les regarde pas.

Je veux commencer ici parce que je désire que nous comprenions cela ; Il les appelle vos sabbats, ou vos Jours de Fêtes, mais cela ne veut pas dire qu'ils se réunissaient lors de mauvais jours par rapport au calendrier. Le contexte montre simplement qu'ils étaient occupés à faire des choses cérémoniales. Il est dit dans Esaïe 1 : 11 qu'ils étaient en train de vaquer à ce genre d'activités. Il est aussi répété la même chose au verset 13 et dans Amos 5 : 22. Il est très claire qu'ils s'adonnaient à ce genre de manifestations.

Si Israël considérait le sabbat comme quelque chose de cérémonial, au moins il l'observait d'une manière cérémoniale. Quand Il dit "vos nouvelles lunes", ou "vos sabbats", ces dates pouvaient très bien figurer sur le calendrier aux mêmes jours que Dieu avait commandé et non pas selon de "nouveaux" jours choisi d'après leur propre initiative. Il y a toutefois une possibilité dans le livre d'Amos, qu'à cause de Jéroboam I, ils aient pu observer des jours différents. Dans Esaïe 1 il s'agit quasiment des sabbats dont Il se réfère et qui peuvent être comparé aux sabbats que nous connaissons aujourd'hui.

Ceci me conduit à une conclusion, si réellement ils avaient pour habitude d'observer le sabbat hebdomadaire et les jours saints d'après les bons jours du calendrier, alors, le déplaisir de Dieu à leur égard partait sur la MANIERE dont ils l'observaient, sur leur attitude, sur leur manque de compréhension comme par exemple POURQUOI ils devaient l'observer. C'est pour la partie qui concerne Dieu. Ainsi, les buts étaient mauvais en ce qui concernait Dieu Lui-même, ces jours qu'il observaient n'étaient pas désirés par Dieu, et Il s'est séparé d'eux.

Pendant de courtes périodes de temps, de petits groupes de gens en Israël observèrent ces pratiques dans de bonnes conditions, et "comment observer ces choses" était presque toujours la pomme de discorde entre Dieu est Israël. Ce problème et tout ce qui le concerne à propos de ce qui est écrit dans la Bible à son sujet, c'est le sujet de cette série de sermons. Je pense que vous trouverez de plus en plus la preuve, au cours de mon exposé, que la conclusion à laquelle je suis parvenue est réellement bonne. Ce n'est pas qu'ils observaient de mauvais jours, mais c'était la MANIERE dont ils l'observaient qui faisait problème, leur manque de compréhension à propos de la RAISON pour laquelle, ils devaient les observer et dans lesquels Dieu était impliqué.

La Bible parle abondamment de ce commandement, et peut-être que lorsqu'on compare ce qui est écrit au sujet de l'observance des Jours Saints et ce qui est écrit au sujet de l'observance du sabbat hebdomadaire, on s'aperçoit qu'il a davantage été écrit sur ce commandement (des sabbats), plutôt que sur les autres, excepté pour le premier commandement. Nous ne sommes pas privés de moyens pour chercher les instructions qui viennent de l'esprit de Dieu concernant ce sujet, et qui vont nous dire comment agir dans ce domaine.

Je pense que nous comprenons bien que Dieu n'a pas voulu écrire une liste de centaines d'actions à faire et ne pas faire, mais plutôt, Il a choisi de révéler la signification de quelques commandements, agrémentés d'exemples et de larges principes que nous sommes censés étudier, méditer, et parvenir à certaines conclusions et finalement à pratiquer dans nos vies. Je pense que ceci a été fait de manière à nous enseigner à penser à travers un processus de choix, et dans le même temps à nous révéler la compréhension de la raison pour laquelle nous faisons ces choses, et nous apporter la compréhension de l'esprit de Dieu.

Maintenant, la raison de cela est que nous ne devons pas devenir des créatures mécaniques, mais plutôt libres d'accomplir certaines choses parce qu'elles sont bonnes, et d'en éviter ou d'en écarter d'autres parce qu'elles sont mauvaises. Nous devrions faire des choix qui nous sont propres, décisions qui devraient s'aligner sur l'esprit et la volonté de Dieu.

Vous devriez vous rappeler qu' Herbert Armstrong se référait au sabbat comme étant le "sabbat-test". Par rapport à ce commandement, ce qui est testé chez nous, c'est l'intention et la motivation qui précèdent l'acte, qui justifient et déterminent ce qui nous est permis de faire.

Quelquefois, pour notre défense, nous dirons : "Bien, je ne veux pas vous faire du mal". Sans doute pas, mais le fait est que l'autre personne a eu mal et c'est cette situation qui n'est pas convenable, par ce qu'elle nuit à la gloire de Dieu.

Il est bon de se rappeler que la route de l'enfer est toujours pavée de bonnes intentions. Dieu désire réellement qu'à la fois, les intentions et les actes s'accordent dans le bon sens, et si les unes sont correctes, il y aura de grandes chances que les autres (les actes) que nous allons nous permettre d'accomplir durant le sabbat seront correctes. Il doit en être ainsi, parce que l'habitude de manier la batte de la bonne manière, avec de bonnes intentions, va conduire tout droit à des actes aux conséquences heureuses, et cette façon d'agir sera bien plus performante qu'aucune autre. Dieu veut que nous comprenions pourquoi nous faisons ce que nous faisons, avant même de le faire.

Allons à Matthieu 5 : 17 à 19. Dans ce sermon nous allons nous reporter à un certain nombre de passages familiers, tout en pensant à ces choses ; ces Ecritures, nous devons les considérer par rapport à l'observance du sabbat. Nous devons combiner ces deux choses.

MATTHIEU 5 : 17

Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir.

Cela s'applique aussi au sabbat tout comme cela concerne n'importe quel autre commandement. Il n'est pas venu pour détruire le sabbat, mais au contraire pour l'amplifier.

Versets 18 et 19

Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu'à ce que tout soit arrivé. Celui donc qui supprimera l'un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux ; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux.

JACQUES 2 : 8 à 12

Si vous accomplissez la loi royale, selon l'Ecriture : Tu aimeras ton prochain comme toi-même, vous faites bien. Mais si vous faites acception de personnes, vous commettez un péché, vous êtes condamnés par la loi comme des transgresseurs. Car quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous. En effet, celui qui a dit : Tu ne commettras point d'adultère, a dit aussi : Tu ne tueras point. Or, si tu ne commets point d'adultère, mais que tu commettes un meurtre, tu deviens transgresseur de la loi. Parlez et agissez comme devant être jugés par une loi de liberté,...

Mettons ces deux passages ensemble. Dans Matthieu 5 : 19 Il mentionne "le plus petit commandement". Le mot plus petit indique une modification. Il est en parallèle avec le verset 18 où il est dit : " il ne disparaîtra pas un seul iota". Il s'agit là de ces petites choses qui font aussi partie de la loi de Dieu. Si nous considérons ce principe, il ne fait aucun doute parmi tous les Dix Commandements, la manière dont nous voyons comment les gens du monde les traitent, le respectent et les honorent, le sabbat est certainement le plus petit des dix. Il est le plus petit en termes de considération, de respect dans lesquels les gens le tiennent par rapport aux neuf autres. Je pense qu'il n'y a aucun doute là-dessus.

L'Eglise Catholique pense si peu à lui qu'elle croit avoir le pouvoir, l'autorité de ne tenir aucun compte de ce commandement. Bien qu'elle admette officiellement que ce jour est recommandé dans la Bible, l'Eglise Catholique pense qu'elle à l'autorité pour le changer.

Les Eglises Protestantes se justifient en évoquant des techniques procédurières alambiquées, tirebouchonnées, mais en fin de compte, elles réduisent le sabbat essentiellement à un sorte de cérémoniel par essence.

Pensons à Jacques 2 : 8. Le quatrième commandement fait aussi partie de la Loi Royale. Savez-vous ce qu'est la Loi Royale ? Ce sont les Dix Commandements. Si pas un iota, ni même le dernier commandement doit être retranché de la Loi Royale jusqu'à ce que tout soit accompli, la conclusion, doit donc bien être que le sabbat est toujours considéré comme très éloigné de ce que les hommes en disent, le réfuter est immoral. Il est aussi immoral que l'adultère. Il est aussi immoral que la fornication. Rompre le quatrième commandement est aussi immoral que le fait de s'adonner à la luxure ou au mensonge. Le monde ne pense pas du tout qu'agir ainsi en ne respectant pas le premier, le second, le troisième ou le quatrième commandement peut conduire à l'immoralité. Je suis étonné de voir le nombre de personnes qui, dans l'Eglise, pensent que le fait de rompre le sabbat s'explique en termes d'immoralité. C'est immoral de rompre le quatrième commandement.

Jacques aussi se réfère à la Loi Royale en tant que Loi de la Liberté. Nous pouvons clairement voir si quelqu'un observe le huitième commandement, celui-ci préserve le monde de l'adultère et de la fornication. Si une personne observe le huitième commandement, et si une personne observe le neuvième commandement, elle se range du côté du monde libre. Elle se range du côté des gens libres. Elle se range du côté de ceux qui se rendent libres vis à vis du vol et du mensonge. Si une personne respecte le sabbat, elle court vers la liberté. Elle produit la liberté. C'est une loi qui libère.

Dans notre carnalité, la nature humaine à tendance à nous faire croire qu'observer le sabbat est une contrainte pour nous, nous emprisonne, que cela nous empêche d'accomplir certaines choses. Il se peut même quelquefois que nous nous sentions presque comme emprisonnés. Bien, c'est la façon de penser humaine. Ce n'est pas la façon de penser de Dieu, et ceci doit nous aider à comprendre la manière dont nous devons penser. Le sabbat est un jour qu'il est immoral de rompre et rend libre de l'observer.

Il fut un temps où un groupe de gens que nous connaissons sous l'appellation de Pharisiens, qui, contrairement au reste du monde croyaient que le fait d'observer le sabbat était probablement le plus important des commandements. Ils créèrent des centaines de lois dans le but vain d'essayer d'empêcher les gens de le rompre, mais ils manquèrent complètement la cible.

Parce qu'ils se mirent à bien assimiler Ezéchiel 20, et sans doute quelques autres parties de la Bible, ils se rendirent compte que l'une des raisons de leur captivité était liée au fait qu'ils transgressaient le sabbat, et ainsi, les réformes commencées sous Esdras furent portées à l'extrême radicalement par les gens après la mort d'Esdras. Leurs conclusions, quoiqu'elles débutèrent sous de bons auspices, furent mondaines, et leur façon d'observer le sabbat était tout aussi mauvaise que les tendances libérales dont font preuve les gens du monde vis à vis du sabbat.

Je pense que nous pouvons sainement dire que ni les Pharisiens, ni la plupart des gens qui ont vécu sur cette planète ont véritablement saisi l'intention de Dieu à propos du sabbat. Ma conviction est qu'à cause du nombre important des pensées de ce monde qui sont véhiculées à l'intérieur de l'Eglise, certaines personnes parmi nous, je le crains, en arrivent à penser de la même façon que le monde.

Les Dix commandements constituent une unité. En transgresser un c'est les transgresser tous indépendamment de ce que les hommes peuvent penser sur chacun d'eux. Transgresser le quatrième commandement c'est se rendre coupable et en danger de mort de la même façon que si l'on transgressait tous les autres. Il nous faut commencer par ne mettre de côté aucun d'entre eux. Aucun d'entre eux ne doit être élevé au-dessus des neuf autres. Comme nous allons le voir, aux yeux de Dieu, ceci est très important pour nos vies.

Revenons à Ezéchiel 20. Nous allons passer un peu de temps dans ce chapitre. Essayez de garder en mémoire un fait très intéressant qui peut être facilement prouvé, selon lequel le libre d'Ezéchiel aurait été écrit 120 ans après, ou plus vraisemblablement 135 ou 140 ans après qu'Israël fut entré en captivité. Le peuple d'Israël ne peut jamais prendre connaissance du livre d'Ezéchiel. Quelques Juifs le purent, mais ils furent certainement à part d'Israël.

Les dix tribus du nord ne reçurent jamais les messages envoyés par Dieu à travers ce livre d'Ezéchiel. La raison que je désire que vous gardiez en mémoire comme un petit germe, une petite semence, est celle qui va vous permettre de comprendre que le livre d'Ezéchiel a été écrit pour l'Israël moderne. Nous explorerons cela un peu plus tard afin de donner plus de corps à cette affirmation.

EZECHIEL 20 : 3 à 4

Fils de l'homme, parle aux anciens d'Israël, et dis-leur : Ainsi parle le Seigneur, l'Eternel : Est-ce pour me consulter que vous êtes venus ? Je suis vivant ! je ne me laisserai pas consulter par vous, dit le Seigneur, l'Eternel. Veux-tu les juger, veux-tu les juger, fils de l'homme ? Fais-leur connaître les abominations de leur pères !

Ce passage donne une vue panoramique des relations qu'avait Israël avec Dieu selon la perspective de Dieu. Le rôle que Dieu attribua à Ezéchiel consistait de Sa part à juger, à prononcer des jugements sur Israël de la part de Dieu, afin de leur faire comprendre la raison pour laquelle ils allèrent en captivité.

Je pense qu'il est très intéressant de voir qu'Il donne cette charge à Ezéchiel. "Tu dois faire cela Ezéchiel", ensuite Dieu lui fait connaître quels jugements il doit prononcer. Ezéchiel n'a pas dû travailler dur pour parvenir à ce résultat. C'est Dieu qui les lui a révélés. Mais écoutez ces choses.

Versets 10 à 13

Et je les fis sortir du pays d'Egypte, et je les conduisis dans le désert? Je leur donnai mes lois et leur fis connaître mes ordonnances, que l'homme doit mettre en pratique, afin de vivre par elles. Je leur donnai aussi mes sabbats comme un signe entre moi et eux, pour qu'ils connussent que je suis l'Eternel qui les sanctifie. Et la maison d'Israël se révolta contre moi dans le désert. Ils ne suivirent point mes lois, et ils rejetèrent mes ordonnances, que l'homme doit mettre en pratique, afin de vivre par elles, et ils profanèrent à l'excès mes sabbats. J'eus la pensée de répandre sur eux ma fureur dans le désert, pour le anéantir.

Ce qu'Il dit ici est très intéressant à la lumière de ce commandement. La première chose qu'Il fait fondamentalement après leur avoir dit qu'Il leur donnait Ses lois (avec le sabbat), c'est de leur rappeler que les sabbats sont un signe d'après lequel Il est leur Dieu. Il insiste sur l'importance d'observer ce jour.

Un signe identifie. Un signe identifie quelque chose. Un signe met en évidence une qualité ou l'état d'une chose. En tant qu'idiomes, nous disons : "c'est un bon signe" ou bien "c'est un mauvais signe". "C'est une bonne marque" ou "c'est une mauvaise marque". Un signe distingue. Il sépare afin que l'on puisse reconnaître une chose d'une autre et que les gens puissent savoir qui est qui ou quoi est quoi.

Un signe sert à attirer l'attention des gens sur ce qu'il y a à l'intérieur d'un immeuble, ou au sein d'une institution, ou ce qu'on y fait. Un signe attire l'attention des gens, et pour ce faire, certains hommes d'affaires ont recours à des enseignes lumineuses. Il y a une débauche d'enseignes criardes, voyantes à travers Las Vegas qui vous disent, avant de pénétrer dans un magasin ou un immeuble ce qu'on peut y trouver. Pensez à ces choses et mettez-les en relation avec le sabbat.

Certains d'entre nous, ici, ne sont pas familiarisés avec les affaires. Nous sommes peu familiarisés avec cette profession. Nous sommes peu habitués à faire du commerce. Nous sommes peu en relation avec des docteurs. Nous ne sommes pas des charpentiers. Nous nous distinguons d'une institution religieuse de ce monde qui compte beaucoup de ce genre de personnes. Le sabbat est le signe le plus visible qui nous distingue de ces gens. "Mes sabbats que Je leur donne sont une marque distinctive".

Nous approfondirons cela un peu plus loin, parce que nous pouvons très bien garder le sabbat à la manière des Juifs, ou des Adventistes du Septième Jour et ne pas être la véritable Eglise. Et ainsi, ce qui est important n'est pas seulement le jour qui doit être observé, ce qu'Il nous dit n'a pas seulement à voir avec le jour qui est observé, mais LA MANIERE dont nous l'observons constitue réellement le signe VERITABLE.

Les Pharisiens, observaient le sabbat. Mais est-ce que la manière dont ils l'observaient était celle que leur Créateur souhaitait ? Est-ce qu'ils constituaient une bonne indication, un bon signe, une évidence ou non qui pouvait les montrer dignes de la véritable Eglise ? Pas du tout. Comme nous le verrons encore davantage plus loin, c'est la FACON de l'observer qui marque le signe VERITABLE, parce que n'importe qui peut marquer ce jour sur son calendrier et ne pas être du tout connecté à Dieu.

Nous verrons cela un peu plus loin. Nous allons commencer par descendre jusqu'au tréfonds de la raison pour laquelle Dieu veut que nous observions ce jour. Ezéchiel leur rappelle ainsi qu'à nous-mêmes, que l'observance de ce jour identifie la relation particulière qui doit exister entre Dieu et nous. Les gens peuvent observer le sabbat et ne pas avoir de relation avec Dieu. La relation que nous avons avec Dieu est particulière. Aux yeux du monde, c'est bizarre, curieux, étrange, c'est différent à cause de la manière originelle que nous avons d'observer ce jour. L'observance du sabbat met en évidence qui nous sommes et qui est notre Dieu. La manière dont nous l'observons met en évidence un signe de relation de qualité. Rappelez-vous, cela met en évidence une qualité ou l'état d'une chose, un bon signe ou un mauvais signe.

Parmi tous les commandements que Dieu pouvait choisir pour inspirer Ezéchiel et lui permettre de parler et d'écrire à leur sujet, Il choisit les commandements relatifs à l'idolâtrie et à la transgression du sabbat. La transgression du sabbat est d'une importance particulière pour nous car ce qui est important c'est la façon dont nous l'observons. Pourquoi maintenant ? Parce que la façon convenable d'observer le sabbat se résume en un concept unique au sein de toute la relation qui existe à travers l'alliance faite avec Dieu. C'est cela qui nous rend si particuliers. Nous jouissons réellement d'une véritable relation avec Dieu et la manière convenable d'observer le sabbat permet d'identifier ceux qui ont cette alliance particulière ainsi que cette relation, et ce privilège doit être protégé à n'importe quel prix.

Observer le sabbat ne peut se comparer à la circoncision physique d'une partie du corps, ou de la circoncision spirituelle du c?ur, ni de ce qui peut se voir clairement. L'observance du sabbat est visible PUBLIQUEMENT. C'est pour cette raison que nous l'observons, que nous adoptons une manière de l'observer, c'est ce qui nous sépare de toutes les autres religions du monde. Il est le signe pour le monde et pour nous qui fait de nous Son peuple particulier. Il est de la responsabilité de chaque fils de Dieu de témoigner devant le monde que cette relation existe, et quand quelqu'un devient laxiste dans sa pratique, ceci indique clairement qu'il y a là un manquement, une perte de respect, un manque de la crainte de Dieu.

Remarquons quelque chose d'autre de très intéressant dans ce contexte.

EZECHIEL 20 : 10

Et je les fis sortir du pays d'Egypte,...

Verset 13

Et la maison d'Israël se révolta contre moi dans le désert. Ils ne suivirent point mes lois, et ils rejetèrent mes ordonnances, que l'homme doit mettre en pratique, afin de vivre par elles, et ils profanèrent à l'excès mes sabbats. J'eus la pensée de répandre sur eux ma fureur dans le désert, pour les anéantir.

Vers quoi au-je l'intention d'attirer votre attention ? Je désire attirer votre attention sur l'Egypte et sur le désert. Le contexte auquel se réfère Dieu ici parle du sabbat qu'Israël transgressait au cours de son voyage dans le désert. Je désire que vous réfléchissiez à cela. Ce fait est très, très précoce au sein de la relation. Il faut ajouter à cela, qu'à aucun moment au cour de toute l'histoire de la relation d'Israël avec Dieu, les Israélites eurent des excuses pour ne pas observer le sabbat. Dieu était avec eux à travers la nuée. Il était dans la colonne de feu. Il se trouvait directement en prise avec eux. Ils constituaient une société complètement fermée. Ils n'avaient pas d'autre Dieu à adorer.

Tous les gens étaient réunis en un seul emplacement général. Il n'y avait nul autre endroit où aller. Une double manne tombait chaque vendredi. Aucune manne ne descendait pendant le sabbat. Ils n'avaient aucune excuse pour perdre la trace de ce que ce jour représentait. Pour leur rappeler l'importance de ce jour et leur instiller le respect dû au sabbat, Dieu voulut les ébranler tous en exécutant un homme pour avoir transgressé le sabbat...et cependant, malgré cela, Dieu dit qu'ils étaient toujours rebelles. Cela devrait me monter à nouveau que la manière dont ils observaient le sabbat était le principal souci de Dieu.

Indubitablement, ils rendaient peu d'hommages au sabbat, autrement ce jour aurait été placé à côté de leur calendrier. Quand ce jour fut mis en vigueur, je suis certain que si une affaire commerciale surgissait dans le désert, elle mettait une interruption dans l'observance de ce jour. Au cours de leur voyage, ils ne pouvaient pas faire un travail normal. C'est donc ce qu'ils accomplissaient personnellement et individuellement ou ne faisaient pas au cours de cette journée qui les retranchait, ou qui avait un impact négatif vis à vis de leur relation avec Dieu, voilà ce qui posait problème.

De manière pesante, Dieu utilise un mot traduit dans ma King James par "pollué". Ma marge dit : "profané" qui est un mot un peu plus moderne. Polluer signifie souiller. Nous parlons souvent de la pollution de l'air et de la pollution de l'eau. Cela signifie que l'eau est souillée, que l'air est souillé. Cela signifie qu'il est tâché. Cela signifie jusqu'à un certain degré, qu'il est empoisonné. C'est quelque chose de contaminé. C'est infecté, fétide. C'est profané, violé et désacralisé. Profaner signifie, traiter avec irrévérence, avec irrespect. Peut-être que ceci vous aidera à comprendre un peu mieux que cela veut dire : traiter ce jour comme un autre, tout comme un lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi. "C'est le traiter comme un jour normal".

Qu'est-ce qui les poussait à mépriser, à polluer Ses sabbats ?

Verset 16

...et cela parce qu'ils rejetèrent mes ordonnances et ne suivirent point mes lois, et parce qu'ils profanèrent mes sabbats, car leur c?ur ne s'éloigna pas de leurs idoles.

Il s'agit du jugement de Dieu sur ce qui se passait. Nous voici maintenant en présence de ce qui cause la transgression du sabbat. Les proverbes disent : "Les dénouements de la vie s'opèrent en provenance du c?ur". Jésus modernisa cela dans Matthieu 15 où Il dit : "C'est en venant du c?ur qui se commettent les meurtres et les adultères", et Il donna une liste d'une demi-douzaine ou davantage de péchés qui sortent du c?ur. Mais de la même façon et aussi sûrement que ces choses sortent du c?ur, ainsi, le bien peut aussi en jaillir.

A présent, ce que Dieu dit est qui causa la transgression du sabbat, c'était que leur c?ur allait après leurs idoles. Selon une application spirituelle, une idole peut être quelque chose à qui ou à quoi, nous consacrons du temps ou notre attention, au détriment de notre relation avec Dieu. Mais voici ce que nous devons comprendre. L'idolâtrie oblige une personne à faire sa volonté plutôt que celle de Dieu. Si le c?ur court après une idole, le reste du corps va suivre le c?ur. Le c?ur, siège du processus de la pensée, impose sa volonté sur les mains, sur les yeux et sur l'esprit, et aussi les oreilles, la bouche, la langue, et les autres parties du corps afin de suivre la volonté du c?ur dans son action. Si le c?ur poursuit l'idole, et nous faisons ces choses au cours du sabbat, Dieu dit que nous transgressons le sabbat dans ce cas.

L'idole ne doit pas être la même d'une personne à l'autre. En relation avec le sabbat, le résultat est toujours le même, il s'agit alors de la totalité ou d'une partie du jour qui est utilisée pour son avantage ou ses convenances, pour la poursuite de son propre intérêt, plutôt que de se consacrer aux intentions de Dieu. Commencez-vous par voir pourquoi dans Esaïe, Dieu dit : "Je veux que vous parliez de Ma parole" ? Quand nous ne parlons pas de parole de Dieu, notre langue se borne à suivre l'idole. Quelquefois nous faisons ces choses sans nous en rendre compte, par ignorance. Il n'y a aucun doute là-dessus. Pour la plupart d'entre nous, nous sommes plus avisés, mais notre c?ur va après notre idole. Ainsi, nous pouvons en déduire une autre conclusion, selon laquelle c'est l'idolâtrie qui est le fondement de la transgression du sabbat. Il s'agit là d'une vérité qui sort de la propre parole de Dieu, de Son propre esprit.

Versets 18 à 20

Je dis à leur fils dans le désert : Ne suivez pas les préceptes de vos pères, n'observez pas leurs coutumes, et ne vous souillez pas par leur idoles ! Je suis l'Eternel, votre Dieu. Suivez mes préceptes, observez mes ordonnances, et mettez-les en pratique. Sanctifiez mes sabbats, et qu'ils soient entre moi et vous un signe auquel on connaisse que je suis l'Eternel, votre Dieu.

N'est-ce pas quelque chose d'intéressant, que si nous gardons le saint sabbat de Dieu, alors cela peut constituer un signe ? Il se peut que nous marquions ce jour sur le calendrier mais que nous en fassions peu de cas, mais si nous ne considérons pas ce jour à l'intérieur de nous-mêmes bien que nous ne travaillions point, si cette considération ne porte que sur ce que nous faisons ou ne faisons pas, ainsi de suite, au cours de ce jour, alors ces agissements ne constituent point un signe.

Fin du verset 20 et verset 21

...qu'ils soient entre moi et vous un signe auquel on connaisse que je suis l'Eternel, votre Dieu. Et les fils se révoltèrent contre moi. Ils ne suivirent point mes préceptes, ils n'observèrent point et n'exécutèrent point mes ordonnances, que l'homme doit mettre en pratique, afin de vivre par elles, et ils profanèrent mes sabbats. J'eus la pensée de répandre sur eux ma fureur, d'épuiser contre eux ma colère dans le désert.

Au verset 18, Il fait le rapprochement avec "les statuts et les jugements de vos pères". Si nous appliquons ceci à ce contexte, cela signifie : "Ne suivez pas les mêmes choix que vos parents". Il proclame cela en relation avec ce commandement. Il veut parler de la seconde génération ici. Toute la première génération, excepté Josué et Caleb, mourut dans le désert, et ainsi au commencement d'Ezéchiel 20, Il s'adresse à cette génération. Maintenant, cela a changé pour la génération qui entre dans la terre promise, et Il dit à cette génération : "ne faites pas les mêmes choix, les mauvais choix, comme l'ont fait vos pères". Naturellement, il s'agit de leurs parents.

A présent, modifions un peu ce langage et gardons toujours le sens véritable, l'esprit, de ce qui vient d'être dit là. Il n'existe pas d'autres personnes que les parents qui puissent davantage influencer les enfants, et ainsi, ce qu'Il dit ici c'est : "Ne suivez pas les jugements et les transgressions du sabbat que les gens d'influence ainsi appelés ont pu suivre dans le passé". Pour rendre cela encore plus clair, Il dit : "Ne suivez pas leur idoles". Pourquoi ?

EZECHIEL 18 : 4

Voici, toutes les âmes sont à moi ; l'âme du fils comme l'âme du Père, l'une et l'autre sont à moi ; l'âme qui pèche, c'est celle qui mourra.

Ce même verset se retrouve au verset 20. Cela insiste sur le fait que Dieu nous tient pour responsable individuellement. Dans ce contexte, à cause des gens d'influence comme les parents, ou comme les ministres et de leur jugements qu'ils émirent dans le passé sur la manière qu'ils décidèrent d'observer le sabbat, Dieu dit : "Je vous tiens pour personnellement responsable". Parce que lorsque vous voyez un ministre faire ceci, ou vous l'entendez dire quelque chose comme cela, cela ne signifie pas que ce soit véritablement vrai. Cela peut l'être. Peut-être pas. Il est en train de dire que vous devez juger la situation et en arriver à votre propre conclusion, parce qu'Il va vous tenir pour responsable et n'acceptera pas toute justification selon laquelle vous n'avez fait que suivre ce que votre père ou votre mère faisait. Si ce qu'ils faisaient était bien,...d'accord ; mais s'ils ne faisaient pas ce qui était bien, alors il vous faut avoir le caractère suffisant pour marcher différemment et faire les choses d'une autre manière.

EZECHIEL 20 : 24

...parce qu'ils rejetèrent mes préceptes, profanèrent mes sabbats, et tournèrent leurs yeux vers les idoles de leurs pères.

Il est à nouveau question de cela. L'idolâtrie et la transgression du sabbat sont les deux principes sur lesquels Dieu attire spécifiquement notre attention à propos de ces puissants travers qui affectèrent les relations entre Lui et Israël. Ils commencèrent à les transgresser dès leur entrée dans le désert et apparemment, ne comprirent jamais ce qu'Il attendait d'eux à ce sujet.

Nous allons avoir davantage confirmation de tout ceci dans Ezéchiel 22 : 1, c'est quelque chose de très semblable à Ezéchiel 20.

EZECHIEL 22 : 1 à 3

La parole de l'Eternel me fut adressée, en ces mots : Et toi, fils de l'homme, jugeras-tu, jugeras-tu la ville sanguinaire ? Fais-lui connaître toutes ses abominations ! Tu diras : Ainsi parle le Seigneur, l'Eternel : Ville qui répands le sang au milieu de toi, pour que ton jour arrive, et qui te fait des idoles pour te souiller !

A qui s'adresse-t-Il ici ? Chacun sait qu'il s'agit de Jérusalem. Rappelez-vous que Jérusalem, dans de nombreux contextes est un nom de code pour l'Eglise. Rangez cela dans un coin de votre esprit, parce que cela va devenir important dans un moment.

Verset 6

Voici, au dedans de toi, tous les princes d'Israël usent de leur force pour répandre le sang ; au dedans de toi,...

Il s'agit là d'une sorte de traduction lourde et gauche. Cela veut dire "Les princes ont utilisé leur pouvoir pour répandre le sang au milieu d'eux". En d'autres termes, ils ne tiennent pas leur position en haute estime, et ils utilisent cette position pour leur propre honneur et leur propre gloire.

Verset 8

Tu dédaignes mes sanctuaires, tu profanes mes sabbats.

Pourquoi ai-je lu ces versets ? Parce que l'idolâtrie et la transgression du sabbat sont ici mis en accusation carrément chez ceux qui devaient assumer leur qualités de chefs, et plus spécifiquement cela s'adresse au ministère pour ses minables qualités de chefs, et sa défaillance à vivre et enseigner les choses de Dieu.

Verset 26

Ses sacrificateurs violent ma loi et profanent mes sanctuaires, il ne distinguent pas ce qui est saint de ce qui est profane, ils ne vont pas connaître la différence entre ce qui est impur et ce qui est pur, ils détournent les yeux de mes sabbats, et je suis profané au milieu d'eux.

La dernière phrase du verset 26 serait plus exacte si elle était traduite ainsi : "Il fermèrent leurs yeux sur l'observance de mes sabbats".

EZECHIEL 23 : 36 à 39

L'Eternel me dit : Fils de l'homme, jugeras-tu Ohola et Oholiba ? Déclare-leur leurs abominations ! Elles se sont livrées à l'adultère, et il y a du sang à leur mains, Elles ont commis adultère avec leurs idoles ; Et les enfants qu'elles m'avaient enfantés, Elles les ont fait passer par le feu. Pour qu'ils leur servissent d'aliment. Voici encore ce qu'elles m'ont fait : Elles ont souillé mon sanctuaire dans le même jour, Et elles ont profané mes sabbats. Elles ont immolé leur enfants à leurs idoles, Et elles sont allées les même jour dans mon sanctuaire, Pour le profaner. C'est là ce qu'elles ont fait dans ma maison.

Ces versets montrent les infâmes attitudes que ces gens sont commises les jours des saints sabbats de Dieu ! Ils se tournèrent et adorèrent les idoles, et sacrifièrent leurs enfants, en les brûlant dans le feu, et puis après cela, ils se présentèrent eux-mêmes pour le service du temple. C'est tout à fait horrible ! Dieu ne fait que mentionner spécifiquement ce qu'ils firent les jours de sabbat. Voilà ce qu'ils faisaient durant SON jour. Voilà jusqu'où l'idolâtrie peut entraîner une personne, la forcer et lui imposer sa volonté à travers des actions individuelles.

C'est quelque chose qu'il faut prendre très soigneusement en considération. Ces gens furent coupables du très fréquent péché Israélite d'idolâtrie, le syncrétisme (Réunion de plusieurs doctrines, difficilement conciliables). Ils tentèrent de mélanger la voie du monde avec la voie de Dieu, et naturellement, Dieu n'a pas accepté cela. Ils étaient censés honorer et respecter le Créateur Dieu par le service, mais ils mirent leurs enfants dans le feu.

Neuf fois au cours de ces trois chapitres un bref sommaire est exposé un condensé des relations qui existaient entre Dieu et Israël ; l'idolâtrie et la profanation du sabbat sont systématiquement dénoncées comme étant les raisons majeures qui ont conduit Dieu à les diriger vers la captivité.

Maintenant, que désirait Dieu à leur égard pour qu'ils observent convenablement le sabbat ? Qu'attend-Il de nous ? Nous n'allons pas donner ici toutes les réponses, mais nous allons voir un aspect de la question qui va nous permettre de continuer dans la bonne direction.

Revenons à Genèse 2.

GENESE 2 : 1 à 3

Ainsi furent achevés les cieux et la terre, et toute leur armée. Dieu acheva au septième jour son ?uvre, qu'il avait faite ; et il se reposa au septième jour de toute son ?uvre, qu'il avait faite. Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu'en ce jour il se reposa de toute son ?uvre qu'il avait créée en la faisant.

C'est très clair. Je ne pense pas qu'il soit nécessaire d'aller plus loin dans ce domaine excepté pour établir le fait que Dieu est notre modèle en toutes choses. Naturellement, Celui a qui ceci s'adresse, c'est Jésus-Christ. Il était Celui qui se reposa le septième jour, suivant l'exemple, étant le modèle de l'humanité, et ce qu'Il faisait, Il désirait aussi que l'humanité l'accomplisse.

Allons maintenant à Exode 31 : 17. Il est très intéressant de voir ceci apparaître là dans ce contexte, parce que ceci apparaît au début des opérations de construction du tabernacle dans le désert, construction d'un type d'Eglise.

EXODE 31 : 12 à 13

L'Eternel parla à Moïse, et dit : Parle aux enfants d'Israël, et dis-leur : Vous ne manquerez pas d'observer mes sabbats ; car ce sera entre moi et vous, et parmi vos descendants, un signe auquel on connaîtra que je suis l'Eternel qui vous sanctifie.

Verset 17

Ce sera entre moi et les enfant d'Israël un signe qui devra durer à perpétuité ; car en six jours l'Eternel a fait les cieux et la terre, et le septième jour il a cessé son ?uvre et il s'est reposé.

Nous avons là une modification de ce qui est dit dans Genèse 1 : 3 où il est seulement dit :"qu'Il se reposa". Maintenant, "Il se reposa et Il cessa Son ?uvre".

A présent, allons dans le Nouveau Testament à Jean 5 : 17. Il y a là un contexte intéressant, parce que Jésus fut accusé de transgresser le sabbat, d'inciter un homme à travailler le jour du sabbat, alors qu'il transportait son lit. Ici, Jésus s'en défendit et donna Sa justification.

JEAN 5 : 17

Mais Jésus leur répondit : Mon Père agit jusqu'à présent ; moi aussi, j'agis.

Je ne vais pas entrer dans une longue explication ici, mais "jusqu'à présent" est un mot que nous n'utilisons pas beaucoup. ("hitherto"). Il veut dire que le Père a commencé à travailler à une époque indéfinissable du passé. Il s'est mis à travailler sur quelque chose, et Il a continué jusqu'à maintenant, à dit Jésus. Il ne s'est jamais arrêté. Ils sont à côté du sujet parce qu'ils sont en train de dire ici que Dieu travaillait pendant le sabbat.

S'Il ne s'était jamais arrêté de travailler, Il aurait travaillé sept jours par semaine, 365 jours sur 365, décade après décade, siècle après siècle, jusqu'à cette époque présente où Jésus prononça ces mots. Il dit qu'Il agit et ne s'est jamais arrêté pour le sabbat. Et puis Il ajoute : "Moi aussi, j'agis". Ils n'aiment pas beaucoup ce genre de déclaration, parce que Jésus associait Dieu à Lui-même, et par conséquent, Jésus essayait de dire : "Je travaille aussi pendant le sabbat". Il leur lança cela directement. Je ne pense pas qu'Il agit là à la manière d'un Monsieur je sais tout. Je ne veux pas du tout dire cela. Je suis certain qu'Il se montrait respectueux envers eux, mais le fait est qu'Il a dit cela d'une manière courroucée à leur égard parce qu'ils se rendirent immédiatement compte qu'en parlant de la sorte, Il s'imposait en tant qu'égale de Dieu.

Ainsi, nous avons le Père et le Fils qui ont commencé dans un passé indéfini à travailler ensemble sur un sujet. Une fois que ce projet a commencé, Ils se sont mis à y travailler sans s'arrêter, "jusqu'à présent", c'est à dire jusqu'à maintenant. Rappelez-vous, Dieu est notre modèle et Il travaille sur le sabbat.

Allons à Esaïe 40 : 28

ESAIE 40 : 28

Ne le sais-tu pas ? ne l'as-tu pas appris ? C'est le Dieu d'éternité, l'Eternel, Qui a créé les extrémités de la terre ; Il ne se fatigue point, il ne se lasse point ; On ne peut sonder son intelligence.

A partir de ce point, nous pouvons comprendre que lorsque Dieu s'est reposé pendant le sabbat, ce n'est pas parce qu'Il était fatigué. Le repos a une autre signification. Rappelez-vous, Il est notre modèle. A nouveau ces choses deviendront plus claires au fur et à mesure que nous avancerons dans cette série de sermons. Nous ne faisons présentement que poser les fondements. Je voudrais me concentrer sur le mot rafraîchir un instant.

MARC 2 : 27

Le sabbat a été fait pour l'homme, et non l'homme pour le sabbat, ...

Ceci, naturellement a été dit en conclusion d'une autre accusation portée contre Lui, selon laquelle Il aurait transgressé le sabbat. Ceci était la conclusion de Sa justification pour ce qu'Il avait fait. Les disciples étaient partis dans un champ de blé, avaient cueilli quelques épis, puis les avaient secoués pour en extraire le grain dans le but de le manger.

Le sabbat a été fait pour l'homme. C'est un don, un cadeau de la part du Créateur Dieu à l'humanité, que l'homme devrait utiliser pour son propre intérêt. Sa création consiste à honorer noblement Dieu et à avoir une fonction libératrice par laquelle nous pouvons nous reposer et nous rafraîchir par la même occasion.

Le mot "repos" signifie "une cessation d'activité". La seconde signification est qu'il s'agit d'une cessation de soucis, de tracas. Usage, emploi peuvent signifier soulagement, allègement. Maintenant, écoutez ce que "rafraîchir" signifie. Dieu était rafraîchi. Cela signifie "redonner un esprit frais ou une nouvelle vigueur". La définition que je préfère est "revivre ou stimuler, spécialement en consultant la source de toute information". Qui est supposé être la source de notre information à propos de notre manière de vivre, pour que nous puissions revivre, être stimulé, tout spécialement en consultant la source de cette information ? Cela signifie donc, restaurer, réapprovisionner, animer, égayer, respirer avec un souffle nouveau, donner de l'énergie, revigorer.

Je n'ai aucun doute sur le fait qu'Israël dans le désert avait mis à part le sabbat sur leur calendrier comme étant un jour où ils ne devaient pas travailler, mais je ne doute pas non plus qu'ils n'utilisaient pas ce jour pour adorer le Dieu qui permet à chacune de nos respirations d'exister, et nous donne ce grand espoir pour l'avenir.

Peut-être pourrais-je illustrer ceci de cette manière. Le sabbat relève d'une date. Il s'agit d'un rendez-vous placé là par le commandement de Dieu, cela nous permet de Le rencontrer chaque septième jour, et ce septième jour c'est le sabbat. Ainsi, il a pour fonction d'être une date, un peu comme une date que vous auriez convenue avec une personne dont vous avez l'intention de connaître mieux. Maintenant, comment aimeriez vous sortir avec une personne qui a convenu d'une date avec vous pour vous témoigner une marque d'amitié, puis soudain, voilà que cette personne passe le reste de la journée à faire attention à tout autre chose et à tout le monde excepté vous ? Vous souviendriez-vous d'une telle date ? Je ne pense pas que vous souhaiteriez retourner auprès de cette personne. Vous chercheriez probablement quelqu'un d'autre.

Le but essentiel dans l'observance du sabbat concerne notre relation avec Dieu. C'est ce but qui doit guider nos intentions. Dieu a rendu cela très clair s'agissant du but à atteindre, de Son intérêt, et ce but doit être le nôtre quand nous observons le sabbat. A chaque sabbat, nous avons une date à respecter avec Dieu dans le but de mieux Le connaître.

Quand nous cochons une date, un rendez-vous avec le docteur, chez le dentiste, avec un avocat, n'est-ce pas un moment que nous réservons de côté afin que nous pussions prendre soin et résoudre les problèmes qui sont d'un intérêt mutuel ? Prenons-nous un rendez-vous chez le docteur pour parler automobiles ? Prenons-nous un rendez-vous chez un avocat pour parler de le dernière fois qu'il nous a plombé une dent ?

Le but de convenir d'un rendez-vous entre un homme et une femme n'est-il pas de profiter de ces occasions pour être ensemble, pour connaître les différentes circonstances qui ont émaillé leur vie respective ? Dans nos relations, c'est Dieu qui a choisi une date, et nous devons aller au-delà de ce simple rendez-vous. Nous nous trouvons dans une courte période de stage et chaque rendez-vous constitue une étape sérieuse en vu de la préparation pour le mariage.

Transposons ceci dans un autre domaine à nouveau. Comprenons-nous que ce commandement fournit un pont entre notre relation avec Dieu et notre relation avec les uns et les autres ? Comprenons-nous que ce commandement se situe entre les trois commandements qui ont affaire avec l'idolâtrie, ceux qui régulent plus spécifiquement notre relation avec Dieu, et les six autres qui régulent nos relations avec les hommes ? Comprenons-nous que c'est le commandement qui, bien respecté, est celui qui joue un rôle majeur dans l'assurance d'avoir de bonnes relations avec les deux, Dieu et les hommes ? C'est celui que Dieu a placé à part pour nous afin de développer une amitié avec Lui et pour que nous soyons amenés à Le connaître, ainsi que Sa voie.

Il est essentiel de comprendre ce que Jésus a dit dans Jean 17 : 3 au cours de Sa prière.

JEAN 17 : 3

Or, la vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui qui tu as envoyé, Jésus-Christ.

C'est l'une de ces définitions bibliques à la fois succinctes et très larges cependant. Nous avons tendance à penser à la vie éternelle simplement en tant que vie sans fin. C'est faux ! Voici la définition de Jésus sur la vie éternelle. La vie éternelle, c'est la CONNAISSANCE DE DIEU. La vie éternelle, c'est la connaissance de la manière dont Dieu vit. La qualité de vie que Dieu mène c'est la vie éternelle. Il ne mène pas la même vie que l'homme. Il vit sur le plan de Dieu. Nous devons apprendre la manière dont Il vit, apprendre à penser comme Il pense, à agir comme Lui, à avoir Son image dans notre esprit.

Le sabbat a été mis à part, afin que nous puissions Le connaître, afin que nous puissions savoir ce qu'est la vie éternelle, et la vivre. Le connaître EST la vie éternelle. C'est être intime avec Lui. Il n'est pas intime avec les gens qui se rebellent contre Lui. Il n'est pas intime avec les gens qui, au cours du sabbat ont leur esprit sur quelque chose d'autre, excepté Lui, sur toute autre chose excepté Sa manière de vivre et qui parlent de tout autre chose sauf des choses qui concernant Lui et notre relation. Nous ne pouvons pas Le connaître en convenant d'une date avec Lui et puis ne Lui prêter aucune attention.

Comprenez-vous que la bonne façon d'observer le sabbat qui est donnée à l'homme va lui permettre de mieux connaître Dieu au cours de cette journée plutôt que n'importe quel autre jour de la semaine ? Nous avons vingt-quatre heures pleines à passer avec Lui. Il n'est pas étonnant qu'Il renversa Israël, parce qu'ils étaient ignorants de ce qu'Il désirait au cours de ce jour, et ainsi, ils passèrent très peu de ce précieux temps avec Lui. Ils n'étaient pas plongés dans Sa parole. Ils ne s'asseyaient pas pour discuter de Sa parole, de Ses attitudes, de Son caractère, de Ses prophéties. Leur esprit était sur quelque chose d'autre semble-t-il, mais pas sur Lui.

Jeunes gens et jeunes filles, vous savez que si vous sortez avec quelqu'un du sexe opposé, c'est pour passer du bon temps entre vous, et si la personne qui est avec vous se met alors à porter toute son attention sur une tout autre personne que vous, vous seriez alors frustré et en colère et plus jamais vous ne voudrez sortir à nouveau avec cette personne. Cela coule de source. La vie éternelle nous décrit la façon de vivre de Dieu, et le sabbat est mis à part, afin que nous puissions être amenés à Le connaître, à devenir intime avec Lui, et Lui prêter attention.

Les gens passent un temps fou à se préparer pour gagner leur vie, tels les docteurs. Il passent quatre années au collège. Puis, ils se retrouvent internes dans des écoles médicales. Ils peuvent alors passer huit, dix ou douze années à se préparer pour devenir docteurs, pour exercer leur profession, et avoir du succès dans le monde. Dieu commande un jour par semaine, à partir du moment où nous sommes appelés, pour consacrer ce temps à nous aider à nous préparer pour vivre éternellement la plus haute qualité de vie dans Sa culture qu'Il établira bientôt.

Frères, je veux parler d'un jour. Un jour entier. Pas seulement pendant les assemblées. Certains, comme les Protestants et les Catholiques semblent considérer leur obligation envers Dieu en n'observant ce jour de repos, que le temps des assemblées. Dès que ce service s'achève, ils courent au restaurant, ou a n'importe quelle autre activité.

ESAIE 40 : 28

Ne le sais-tu pas ? Ne l'as-tu pas appris ? C'est le Dieu d'éternité, l'Eternel, Qui a créé les extrémités de la terre ; Il ne se fatigue point, il ne se lasse point ; On ne peut sonder son intelligence.

Nous sommes fatigués. Nous sommes défaillants. Nous nous épuisons. Mais, nous ne sommes pas Dieu. Comment pouvons-nous être reposés et rafraîchis, régénérés ? Par le jour du sabbat. Le verset 29 commence à donner la réponse.

Versets 29 à 31

Il donne de la force à celui qui est fatigué, Et il augmente la vigueur de celui qui tombe en défaillance. Les adolescents se fatiguent et se lassent, Et les jeunes hommes chancellent ; Mais ceux qui se confient en l'Eternel renouvellent leur force. Ils prennent le vol comme les aigles ; Ils courent, et ne se lassent point, Ils marchent, et ne se fatiguent point.

Frères, comprenez-vous que c'est de là que vient le "repos" ? C'est à partir de là que vient la force. C'est de là que vient la puissance. C'est de là qui vient le rafraîchissement. C'est là que s'installe la relation avec Dieu, dans la bonne observance du jour du sabbat. IL NOUS DONNE TOUT CELA ! C'est un don de Sa grâce.

Il restaure notre énergie. Il nous donne la force de vaincre, de croître. Il nous donne la paix de l'esprit afin que nous puissions véritablement être reposés. Il nous aide à recouvrer notre force. Il nous rend capables de vivre des vies remplies de confiance et d'espoir. Il nous donne une bonne santé et sonde nos esprits. "Le Seigneur donne Son amour pendant qu'on dort". Il nous accorde la force réparatrice en dormant.

Toutes ces choses sont des dons de grâce à partir du temps que l'on passe en communion avec Lui, et que nous développons des relations avec Lui, et que nous communiquons avec Lui à travers l'étude de la Bible et la prière. La façon dont nous passons ce jour Lui révèle beaucoup la façon dont nous agirons dans Son royaume. Je crains, frères, que nombre d'entre nous ont placé un mauvais intérêt la-dedans. Nous avons tendance à considérer ce jour comme ne devant pas faire certaines choses, plutôt que de pouvoir faire, des choses qui sont vraiment libératrices, des choses auxquelles nous ne pouvons pas consacrer le temps nécessaire les six autres jours de la semaine.



Articles | Bible Q&A |  Bible Studies | Booklets | Sermons
©Copyright 1992-2014 Church of the Great God.   Contact C.G.G. if you have questions or comments.